Clippers

Les Clippers en pleine tempête

Deux victoires en huit matchs. Voilà le bien maigre butin des Los Angeles Clippers, depuis que les Warriors ont interrompu leur série de quatre succès consécutifs en début de saison. Battus, dans la nuit de vendredi à samedi par les Blazers appelés à jouer les derniers rôles à l’Ouest et qui restaient sur sept défaites de rang, les Californiens inquiètent leurs fans. Le recrutement estival était pourtant plein de promesses…

Un mental défaillant. Cela n’est pas nouveau, les Clippers ont un problème mental et l’arrivée de Paul Pierce ne semble pas avoir changé grand chose. Les Californiens avaient débuté, une défaite de justesse à Golden State a complètement enrayé la machine. Motivés à l’idée de prendre leur revanche, les hommes de Doc Rivers ont possédé jusqu’à 23 points d’avance en première mi-temps, lors de la revanche, jeudi soir. Seulement, les Clippers ne savent plus verrouiller un résultat et leur défaite à Portland prouve que l’équipe est en plein doute.

Doc Rivers sans solution. Il était censé faire passer un pallier aux Californiens. Force est de constater que cela commence à tarder. Pire, Doc Rivers irrite par sa propension à se poser en victime. Un comportement qui a déteint sur ses joueurs qui ne parviennent plus à se révolter. Les difficultés des Clippers dans les quatrièmes quart-temps sont édifiantes. Le cas de Lance Stephenson, à nouveau cloîtré en bout de banc interroge. Tout comme celui de Josh Smith qui peine à trouver sa place, alors qu’il s’était intégré en un rien de temps aux Rockets.

L’utilisation de DeAndre Jordan. Si le pivot a fait volte-face cet été, c’est surtout parce que son entraîneur lui avait effectué des promesses. Le joueur souhaitait plus de responsabilités en attaque. Pour le moment, aucun changement notable dans les systèmes de Doc Rivers. Une situation qui semble irriter l’intérieur qui semble un peu perdu en ce début de saison.

Un manque de leaders. Chris Paul et Blake Griffin sont montrés du doigt. Souvent impressionnant en première période, le meneur de jeu perd généralement de sa superbe en deuxième période. C’est lui qui cristallise toutes les déceptions aux Clippers, alors qu’il est considéré comme un top meneur, il n’arrive pas à prendre le taureau par les cornes. Blake Griffin n’est pas exempt de tout reproche non plus, tant ses choix dans les quatrièmes quarts-temps sont douteux.